Petit essai assassin sur la vie conjugale

Petit essai assasin sur la vie conjugale

Présentation

Petit essai assassin sur la vie conjugale

Roman, éditions Luce Wilquin, 2011

Ce premier roman raconte les épisodes de la vie d’une femme active qui se trouve soudain parachutée, de par sa maternité, dans une existence domestique qui lui semble banale et dont elle s’emploie à forcer le trait afin de lui apporter un peu de sel.

«A la section «prise en charge» de la maternité, Evelyne nous a fait asseoir et on a attendu longtemps au milieu de bruits effrayants. Derrière un rideau, une femme poussait des cris de cochon. A tel point que j’ai eu un doute. Paul, imperturbable, faisait un test. Un questionnaire de Proust, oui c’est ça. Il a voulu que je réponde avec lui. Le truc fastoche. C’est vrai, je me sentais au moins aussi à l’aise que sur le plateau d’Apostrophe devant un Bernard Pivot tentant d’en savoir un peu plus sur l’écrivain célèbre que je ne manquerais pas de devenir.
- Franchement, Marie, concentre toi un peu. Tu ne te donnes aucune peine.
- Euh, oui excuse moi. Mais il y a l’autre là qui fait un de ces vacarmes. Tu crois que je vais faire autant de bruit, moi?
- Bon alors, tes héroïnes favorites dans la fiction?
- Euh, je ne sais pas… Euh… Mais pourquoi ils nous laissent là à poireauter sans rien nous dire?
- Aucune idée. Bon alors? Y en a bien une, non?
- De quoi?
- Mais d’héroïne, Marie!
Au bout d’un moment –Paul me dit que ce n’était pas si long que ça-, la sage femme est revenue, la Evelyne. Elle m’a fait m’allonger sur un lit et a branché un moniteur pour visualiser les contractions. Il n’y avait pas grand-chose sur l’écran, donc j’allais passer la nuit là, dans cette chambre. Le point positif, c’est que les bruits de cochon se sont arrêtés. Soit ma voisine avait accouché, soit elle s’était fait sauter les cordes vocales...»

» Extraits     » Revue de presse     » Acheter